Confinement et psychologie positive : le chemin à suivre

… Le bonheur ça se cultive …

… Le positif attire le positif …

Si vous n’êtes pas adeptes de la psychologie positive c’est le moment de s’y mettre ! C’est un travail sur soi-même qui ne peut qu’être bénéfique. En effet de nombreuses études montrent aujourd’hui le pouvoir de la pensée positive sur la santé par exemple. Même si pour beaucoup, cette façon de vivre est utopique et irréaliste.

Un exemple concret : il y a quelques jours, je ne me sentais pas en forme, une journée “sans” se profilait devant moi. Et puis un message fit vibrer mon téléphone et me sortit de mon état léthargique. Je venais de recevoir une vidéo de mon grand-père qui dansait sur le balcon de sa chambre d’EHPAD en rythme avec le personnel. Autant vous dire que l’émotion m’a gagnée. Le savoir enfermé me rend triste, et le voir finalement heureux et souriant, en mouvement, m’a permis de relativiser.

Je me suis mise à positiver ma journée !

J’ai ensuite retrouvé de l’énergie. Une journée qui se promettait inutile et devenue remplie de bonne humeur et de dynamisme. J’ai pris conscience du poids de la pensée sur l’état physique. Une bonne nouvelle, un mental qui remonte et le corps suit.

La pensée positive

Vous connaissez surement la méthode Coué qui consiste à se répéter mentalement un message positif tout au long de la journée. En gros plus vous ressassez vos problèmes, plus ils vous noircissent la vie. A l’inverse, plus vous cherchez le côté positif de chaque situation, plus vous trouvez des solutions et sortez d’une impasse.

Suffirait-il de penser que l’on va trouver une solution pour qu’elle s’impose à vous ?

Ce n’est pas si simple. Penser de façon positive, c’est le début du travail. Il ne s’agit pas de cacher ses émotions, de les recouvrir d’un mouchoir sans en avoir pris conscience auparavant. Il est totalement bénéfique de se plaindre, de laisser sortir les mots sur nos maux. Mais par la suite, il faut reprendre le dessus et agir.

C’est aussi une question de confiance en soi, en ses capacités personnelles, en ses émotions. Si elles sont là c’est aussi pour nous montrer la voie. Pour ne pas regretter, ne pas culpabiliser, ne pas oublier.

image-pinterest-confinement-et-psychologie-positive

Comment voir le côté positif

Se dire que “ça va passer

Ok, pour le moment, ce n’est pas l’extase. Oui votre situation n’est pas des plus simple à vivre. Alors pourquoi ne pas se projeter dans l’avenir. Imaginez-vous quelques heures, jours, ou mois plus tard. Finalement c’était une mauvaise passe, et vous voyez que vous avez repris le dessus.

Le confinement que nous vivons nous est imposé. Cette situation peut se révéler difficile à vivre car ce n’est pas un choix personnel. Mais nous savons qu’il a une issue. Pensons aux vies que nous sauvons, aux soignants dont nous soulageons le travail, et pensons aux retrouvailles avec nos proches dans le futur.

Faire des câlins

Prendre ses enfants et son conjoint dans ses bras, rire avec eux et prendre le temps de faire des choses avec eux. C’est prouvé scientifiquement : le contact physique ça recharge les batteries.

Un câlin de 10 secondes augmente la production d’ocytocine qui est l’hormone du bien-être. Il contribue ainsi à faire baisser le taux de cortisol, l’hormone du stress, elle. C’est tellement peu dans une journée. Et pour ceux qui sont seuls, pratiquez le “self-hug” ! Littéralement : se faire un câlin à soi-même. Se prendre dans ses bras pour se consoler et se remonter le moral. Il paraîtrait même que cette pratique renforcerait les défenses immunitaires … Ce confinement est donc le moment idéal pour réaliser cette pratique.

Être bienveillant avec soi-même

C’est en faisant des erreurs que l’on apprend. Les échecs font partie de l’apprentissage. Ils ne sont pas une fin en soi. Il s’agit de prendre du recul sur ce qui n’a pas fonctionné, d’en tirer des conclusions et de trouver une nouvelle organisation. Que ce soit au niveau familial, personnel ou professionnel, c’est une vision globale qu’il faut avoir.

Ce n’est donc pas le moment de vouloir une maison propre su sol au plafond par exemple. Ni de faire une liste de choses à faire à rallonge. Entre les devoirs des enfants, la cuisine à faire pour tous les repas de la journée, le linge qui s’empile, le chien à sortir, les courses à récupérer … il vaut mieux ne pas se mettre la pression.

Pour aller plus loin : Mes trucs pour arrêter de râler

Prendre du temps pour soi

Ce n’est pas le plus simple à réaliser mais il y a forcément un moment où vous êtes seuls avec vous même (à part quand vous allez aux toilettes, en tant que parent vous voyez bien de quoi je parle …). Que ce soit le matin au réveil ou le soir au coucher par exemple, prenez quelques minutes pour ressentir vos émotions, vous connectez avec vos sentiments et faire un mini bilan de votre journée et de la manière dont vos besoins sont satisfaits.

C’est l’occasion de se mettre à des pratiques qui aident à se recentrer sur soi et à positiver comme la méditation ou le yoga. Il ne suffit que de quelques instants, 15 à 30 minutes, 2 à 3 fois par semaine. Il faut arrêter de procrastiner, lâcher son téléphone, éteindre la télévision … et s’y mettre. D’autant qu’à la maison, il n’est pas nécessaire de se mettre en tenue : une culotte et un tee-shirt ça suffit 😉

Développer sa créativité pour s’évader

Qu’il s’agisse de lire, d’écrire, de tricoter, de coudre, de gribouiller, ou je ne sais quelle autre activité, prenez du temps pour vous à nouveau. Ne serait-ce que quelques minutes pour vous évader.

En ce qui me concerne, je me suis mise à l’art journaling (dont je vous parle bientôt) et à la peinture. Je fais d’une pierre deux coups : je montre à mes enfants comment être créatif et se déconnecter de sa conscience. Et je sors de mon quotidien par la même occasion. C’est un moment pour moi, mais passé en famille. J’en profite également pour trier nos photos et écrire régulièrement ce qui se passe dans notre vie sur notre carnet de famille.

Aller plus loin : positiver l’éducation de nos enfants

Positiver le confinement et anticiper son issue

Positiver c’est aussi éviter le laisser-aller. Il ne s’agit pas de passer la journée en pyjama. Vous devez garder un rythme certain : des heures de coucher fixes, des repas équilibrés …Si vous devez travailler à la maison, installez un espace dédié afin de vous mettre en condition. Faites preuve d’indulgence avec vous-même et avec les membres de votre famille. Appelez régulièrement vos proches et restez connectés avec vos amis.

Après tant d’efforts individuels pour le bien commun, il va falloir faire un bilan de cette période pour en retirer les bonnes pratiques et les habitudes que nous avons créées et qu’ils ne faudrait surtout pas oublier !

Il faut donner un sens à ce que l’on vient de vivre. Ce temps d’introspection qui nous a été donné peut nous permettre d’avoir mis en exergue ce qui n’allait pas dans notre quotidien. C’est le moment de repartir sur de nouvelles bases. Votre couple, votre famille ont été mis à l’épreuve de la cohabitation permanente. Tout le monde a du prendre sur lui-même pour accepter la situation et la vivre au mieux.

En ce qui me concerne je retiens :

  • Qu’il suffit de s’y mettre … (au boulot, au yoga, au dessin …)
  • Que cuisiner peut-être une activité exaltante à réaliser en famille et pas seulement nécessaire à la satisfaction d’un besoin régalien
  • Que la communication avec les mais et la famille est élémentaire, nécessaire à notre bien-être, même si elle n’est pas régulière
  • Que trouver du temps pour soi n’est pas si compliqué
  • Que manger du chocolat est bon pour le moral (ou alors j’écris ça pour déculpabiliser …)
  • Danser et écouter de la musique resteront des activités indissociables de notre quotidien
  • Que nous n’avons qu’une seule vie et qu’il faut la vivre à notre façon, pas selon la vision que les autres peuvent en avoir à notre place
  • Que positiver et agir seront les maîtres mots dans mon avenir

Positiver c’est comme la montagne, ça vous gagne ! Il suffit d’ouvrir ses fenêtres, de respirer un grand coup, et de s’y mettre. A vous je jouer !

Et abonnez-vous au Family Mag pour positiver de façon régulière !

Un petit mot ça fait toujours plaisir :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.